Héritage : comment préparer sa succession ?

Bien qu’il ne soit pas toujours évident d’évoquer le sujet avec son entourage, la préparation d’une succession est pourtant primordiale.

Si votre conjoint et vos enfants ne veulent pas vous entendre parler d’héritage et de décès, alors prenez les choses en main en allant chercher les informations par vous-même.

Préparer sa succession permet de soulager ses héritiers financièrement et moralement : l’objectif est de limiter les droits de succession à payer, mais aussi d’anticiper d’éventuels conflits.

À partir de quel âge faut-il commencer à s’occuper de sa succession ? Donation, testament ou assurance vie : quelle est la meilleure solution pour anticiper votre héritage ?

Il n’est pas toujours simple de prévenir sans se démunir.

Patrimoine immobilier, placements ou objets précieux, nous vous expliquons ce que vous devez savoir en matière de transmission du patrimoine personnel.


Préparer sa succession en faisant une donation-partage

La donation-partage permet de distribuer son patrimoine à ses héritiers en vue de préparer sa succession.

Un donataire effectue des donations lorsqu’il transmet gratuitement, de son vivant, une partie de son patrimoine. Elle peut concerner une somme d’argent ou encore un bien immobilier.


Quels sont les avantages d’une donation-partage ?

La donation-partage a de nombreux avantages dans le cadre de la préparation de sa succession :

  • la donation au profit des enfants permet de bénéficier des abattements visant à ne pas payer de frais à l’administration fiscale sur la somme transmise ;
  • des abattements de 100 000 € et de 31 865 € existent par parent qui souhaite transmettre à chaque enfant ;
  • les abattements sont renouvelables tous les 15 ans ;
  • effectuer une donation prendra effet immédiatement.


À quel âge doit-on faire une donation ?

Il n’y a pas d’âge idéal défini pour transmettre son patrimoine, cependant, il ne faut donner ni trop tôt ni trop tard.

Donner tôt peut être avantageux dans la mesure où les abattements fiscaux auront l’occasion de se régénérer tous les 15 ans. Le donateur aura donc la possibilité de transmettre davantage et grâce à cela, vos héritiers paieront moins de droits de succession au moment venu.

Cependant, il est important d’anticiper le fait que donner trop tôt c’est prendre le risque de vous priver d’une partie de votre patrimoine : il est peu évident de connaître ses besoins financiers de futur retraité et les dépenses qui seront liées à un état de santé qui se dégrade.


La donation entre époux

La donation entre époux, aussi appelée donation au dernier vivant, concerne les couples mariés.

Cet acte notarié prévoit d’augmenter les droits du conjoint survivant.

Il s’agit d’une notion importante pour organiser sa succession, notamment concernant l’usufruit de la résidence principale du couple.


L’intérêt du testament pour gérer sa succession


Qu’est-ce qu’un testament ?

Un testament est un document qui retranscrit les dernières volontés d’une personne afin d’anticiper sa succession et répartir son patrimoine.

Le testament peut être authentique (devant notaire) ou manuscrit (testament olographe).

Le testament notarié est rédigé par le notaire sous la dictée du testateur et en présence de témoins.

Ce qui est transmis par testament est appelé un legs.


Les avantages du testament pour ses légataires

Rédiger un testament donnera l’avantage de pouvoir répartir les biens du défunt entre ses héritiers.

Il est envisageable de distribuer à chacun une part différente ou d’attribuer un patrimoine précis. Par conséquent, il sera possible d’avantager un héritier au détriment d’un autre.

Le testament vous permettra également de léguer une part d’héritage à une personne qui est normalement extérieure à la succession (par exemple un concubin ou un partenaire de pacs).


Léguer par testament : attention à la réserve héréditaire

Dans le cas où le testament avantagerait considérablement un héritier, il faut savoir qu’il existera quoi qu’il arrive une part minimale d’héritage accordé à un héritier réservataire, appelée la part réservataire ou réserve.

Les héritiers réservataires sont les enfants et leurs descendants (ou le conjoint survivant lorsqu’il n’y en a pas).

Seule la quotité disponible pourra être répartie dans un testament à d’autres personnes.


Préparer son héritage avec des contrats d’assurance vie

Différence entre contrat d’assurance vie et d’assurance décès

Il ne faut pas confondre un contrat d’assurance vie avec une assurance décès, bien que les deux vous permettront d’organiser votre succession.

Une assurance vie est un contrat d’épargne qui désigne un ou plusieurs bénéficiaires. Il s’agit donc d’un placement qui présente de nombreuses formules.

L’assurance décès, ou aussi appelée garantie décès, est un contrat d’assurance qui couvre un risque de décès ou d’invalidité par le versement d’un capital à des bénéficiaires désignés au moment de la souscription.

Cette garantie se traduit par une cotisation. La cotisation est à fond “perdu” et en général relative à l’âge de l’assuré.


Les avantages d’un contrat d’assurance vie pour préparer sa succession

Le contrat d’assurance vie comprend de nombreux avantages lorsqu’on a pour objectif de préparer son héritage :

  • la clause bénéficiaire permet de désigner plusieurs personnes, de transmettre à un tiers et d’affecter à chacun une part différente sur un seul contrat ;
  • l’exonération totale des frais de succession pour le conjoint ou partenaire de pacs ;
  • le capital accordé à chacun se verra offrir des abattements fiscaux élevés en cas de décès ;
  • les fonds placés sur le contrat souscrit seront disponibles afin de disposer de son patrimoine si nécessaire ;
  • les sommes placées généreront des intérêts chaque année.


Quand faut-il souscrire un contrat d’assurance vie ?

Si on a un objectif de préparer sa succession, mieux vaut souscrire un contrat d’assurance vie avant ses 70 ans.

En effet, les sommes placées avant les 70 ans du souscripteur auront pour avantage d’accorder un abattement de 152 500 € à chaque bénéficiaire.

Les versements effectués après les 70 ans du titulaire du contrat permettent un abattement de seulement 30 500 €, et ce pour l’ensemble des bénéficiaires.

Par conséquent, si vous versez sur votre contrat d’assurance vie avant l’âge de 70 ans, les personnes à qui vous avez voulu transmettre de l’argent toucheront un montant plus élevé, car cela réduira la part taxable.



Vous l’avez compris, préparer sa succession est essentiel.

Il existe de nombreuses solutions visant à soulager vos héritiers à un moment difficile de leur vie.

En agissant ainsi et en prévoyant l’avenir, la transmission de votre patrimoine sera optimisée.

Vous anticipez discordes et fiscalité accablante.

Entourez-vous d’experts qui vous aideront à identifier les avantages successoraux : conseillers en gestion de patrimoine et notaires pourront vous accompagner dans les démarches relatives à l’administration de votre héritage futur.